ARTICLE 3

SUPPORTS A LA MEDITATION:

 

 

Le Mandala :

En tibétain, mandala se dit « kyil-khor », ce qui veut dire à peu près centre-périphérie.

Diagramme cosmique destiné à permettre à son auteur ou à ceux qui le regardent avec concentration, de réintégrer leur nature propre au sein de l’univers. Peint sur une toile ou composé de sable coloré, le mandala constitue parfois aussi un motif architectural.
Au départ de la méditation, le mandala est un objectif qui guide le méditant.

Les mandalas sont des reproductions spirituelles de l’ordre du monde et  on les associe souvent dans ce sens  aux quatre points cardinaux.

Objet de méditation en général sous forme de cercle mystique. Le mandala est un diagramme rituel, le centre du mandala contient différents symboles.

Un idéogramme, une fleur de lotus, bouddhas, des divinités.

C’est le centre du mandala qui attire le regard,   il symbolise, dans un espace restreint,  le long et difficile chemin de l’initiation.
Le labyrinthe représente le voyage psychique et spirituel  que l’homme doit accomplir à l’intérieur de lui-même, Il faut donc identifier ce lien qui nous rattache à telle ou telle déité, afin de trouver son propre centre, qui est souvent vide,  à travers les épreuves et tous les motifs d’égarement, pour pouvoir enfin découvrir l’image de son Soi.

La « Roue du temps » est sans doute le mandala Tibétain le plus connus.

Le Tibet a toujours donné une place à part au pouvoir de l’oeil et à la visualisation. Si la tradition tibétaine accorde une place à part à cette « roue du temps », c’est justement parce qu’elle prend tout en compte et met l’accent sur les correspondances reliant l’être humain au monde extérieur.

 

 

Les Mala Tibétains :

 Chapelets Bouddhistes composés de 108 grains renforcent le lien direct entre les doigts et le cerveau.

Le fait de le porter peut donc légitimement être considéré comme protection.

Utilisés comme rosaires ou chapelets, les malas représentent dans la culture bouddhiste le temps et le cycle de la renaissance. Il sont également donnés en offrande aux bouddhas. …Les « Mala » existent dans toute une gamme de matières et tailles en fonction des pratiques envisagées, bois, pierres semi-précieuses, os, corne, terre cuite…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.